Forêt de Démoudoula: Alpha Condé reprend les choses en main…

Facebook icon Twitter icon
Urbanisation de Conakry

CONAKRY-le Président Alpha Condé a pris une décision en ce qui concerne la forêt de Démoudoula, en proie à des tiraillements entre citoyens, dans la commune de Ratoma. Le Chef de l’Etat qui vient d’effectuer une visite de terrain sur les lieux conflictuels a ordonné l’arrêt des constructions dans la zone.

« J'ai effectué une visite de terrain au quartier Demoudoula à Ratoma et ordonné l'arrêt des constructions anarchiques dans la zone. Nous avons tous l'obligation de protéger notre environnement », a écrit le Président Condé après sa visite sur les lieux.

Cette zone était au centre d’un tiraillement entre certains citoyens de Nongo et Démoudoula. Le lit du marigot est envahi par des constructions anarchiques. La forêt quant à elle, a complètement disparue. C’est dans cette situation que des riverains avaient commencé à remblayer jusqu’à la lisière du marigot entraînant des inondations quand il pleut. Chose qui a poussé l'Etat à déguerpir des citoyens et démolir des maisons sur ce domaine considéré comme un patrimoine de l'Etat.

Deux hommes se rejettent les responsabilités quant à l'origine du problème. Diallo Samba, l'octogénaire résidant à Démoudoula depuis 1969 et Tidiane  Gueye citoyen concessionnaire à Nongo. Pour Diallo Samba, c'est le fait que les citoyens de Nongo ont construit jusque dans le lit du marigot qui l’a poussé de remblayer le bas-fond.

''Moi je travaille dans ce bas-fond depuis 1969, je cultive des maniocs, des patates, des gombos. Je vis de ça ici. Mais j'ai continué à travailler jusqu'à ce que les gens sont devenus nombreux. Du côté de Nongo,  ils ont fait le lotissement, les gens ont commencé à acheter des parcelles  mais dès qu'ils commencent à construire, ils plantent leurs soubassements dans le marigot. Le marigot a commencé à se déplacer pour venir chez moi là où je fais mes cultures maraichères. C’est ainsi que j'ai décidé de faire des digues pour empêcher l'eau de venir gâter mes cultures. Jusque-là je faisais mon travail. Mais comme j'ai avancé en  âge, j'ai décidé de remblayer parce que je ne peux plus faire l'agriculture j'ai 80 ans. Donc J'ai mis le remblai, et quelques jours après, il a fortement plu, et l'eau a cassé lesmaisons qui se trouvaient sur son passage. C’est ce qui a créé le problème. Les gens ont commencé à m'insulter et j'ai été arrêté et envoyé à la gendarmerie. Quelques jours après, on m'a libéré et on m'a demandé de venir ouvrir le passage du marigot, que le reste on va régler ça après. donc c'est comme ça que les choses se sont passées", a expliqué Ibrahima Samba Diallo au micro d'un de nos reporter.

Tidiane Gaye, concessionnaire accuse Diallo Samba d’être à l'origine du problème en changeant le cours du marigot vers les habitants de Nongo.

‘‘Il est responsable des dégâts, ils a changé le cours du marigot en l'orientant vers nous. Tous les voisins se trouvent aujourd'hui au bord de marigot or on se trouvait à 30 ou 20 mètres du marigot, je suis au même alignement que tous les gens dans ce parage. Je les ai vu avec des machines en train de travailler dans le marigot mais j'observe pour voir ce que va se passer. Après ici vous pouvez aller poser des questions au voisinage, il a fatigué tout le monde parce que les gens avait peur de lui. La seule personne qui l'a défié c'est moi et il le refait demain je vais le défié encore", martèle monsieur Gueye.

 

Et de continuer : ‘‘J’ai aperçu un jour qu'on remblayait le marigot, pour moi c'était un rêve, je ne pouvais jamais imagier qu'il y a des gens qui continuent cette pratique en Guinée. Quand j'ai vu, je suis allé voir le chef de quartier trois fois pour attirer son attention. Quelques jours après, j'ai attiré l'attention de Monsieur le Gouverneur de Conakry, lui il m'a conseillé d'aller voir le Directeur de la DATU parce que ses services ne s'occupaient de ça. Je suis allé voir le Directeur Monsieur Camara. Monsieur Camara a appelé certains de ses agents, mais la veille j'avais pris des photos y avaient des machines qui étaient là et y avaient des agents de l'habitat sur les lieux. Donc ils savaient réellement ce qui se passait », accuse Tidiane Gueye.

Jusqu’à ce mardi 27 juin, des agents de sécurité étaient postés sur les lieux. La forêt de Démoudoula a disparu aujourd’hui. La SEG (société des eaux de Guinée) a plusieurs stations de pompages qui seraient menacées sans compter que plusieurs sources de marigots sont également menacées de disparitions.

 

Thierno Sadou Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 29 juin 2017 à 14:47

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS