Conakry : plusieurs familles dorment à la belle étoile à cause d’un feu mystérieux !

Société

CONAKRY-Plusieurs familles dorment à la belle étoile depuis une semaine à Cosa Nasroullaye  à cause d’un feu mystérieux qui se déclare dans les bâtiments. Onze pères de familles, leurs épouses et enfants passent la nuit dehors au milieu de leurs bagages éparpillés çà et là. Ils vivent cette délicate situation depuis bientôt dix jours. Dépourvus de moyens, et exposés à la merci de petits délinquants nocturnes, ces différentes familles appellent à l’aide au Gouvernement et aux bonnes volontés.

Mamadou Aliou Kanté âgé de 66 ans, marié à deux femmes père de dix enfants, le visage hirsute ne sait plus à quel saint se vouer. Toute la nuit d’hier, il n’a pas fermé l’œil de peur de se faire voler le peu qui lui reste. Ils ont déjà connu la visite des voleurs la nuit.

Entouré de ses voisins, le quinquagénaire nous explique que le feu survient comme ça dans les chambres et plus souvent sous les lits. Lui et les autres familles sinistrées sont partagés entre peur et perplexité.

« Nous ne savons pas l’origine du feu », dit-il expliquant que tout a commencé le lundi 17 avril dans une des chambres du bâtiment.

 « Mais grâce à Dieu à chaque fois que le feu se déclare on est alerté à temps pour l’éteindre. On a connu ça dans six chambres différentes. Au début on avait pensé que ça allait se calmer, mais le mercredi, le feu a refait surface au même moment dans quatre chambres dans la journée », raconte M. Mamadou Aliou Kanté, précisant qu’il n’a jamais connu un drame de ce genre chez lui depuis 27 ans.

Ces familles demandent de l’aide. Des lits, des matelas ainsi que des habits sont partis en fumées.

« Certaines de nos épouses ont perdu tous les habits dans l’incendie. Des lits et des matelas ont également été consumés. Depuis mercredi passé, nous dormons à la belle étoile, exposés aux délinquants », témoigne monsieur Mamadou Oury Bah, le doyen d’âge des familles sinistrées.

« Nous nous en remettons à Dieu. Nous demandons de l’aide aux autorités », lance-t-il fataliste sur l’origine de leur malheur. Amadou Dian Barry une autre victime soutient qu’il il y a eu assez de pertes, lançant lui aussi un appel à l’aide aux bonnes volontés. « Nous demandons de l’aide au gouvernement. Nous passons la nuit dehors avec nos bagages. Nuit et jour on est là avec nos familles », nous explique-t-il. 

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 25 avril 2017 à 10:56