Massacre du 28 septembre en Guinée : plusieurs militaires dans le viseur de l’ONU…

Facebook icon Twitter icon
Justice

CONAKRY-La procédure d’enquête sur les massacres du 28 septembre 2009 en Guinée dans le stade éponyme tend vers sa fin. Pourtant certains anciens dignitaires de la junte, inculpés dans cette affaire occupent toujours de hautes fonctions dans l’appareil administratif guinéen. Une situation qui « préoccupe » les Nations-Unies.

 « Il est indispensable que les personnes inculpées ne puissent plus exercer de fonctions ni de responsabilités publiques.  Ce qui fait qu'il est préoccupant de voir l'un deux diriger le Gouvernorat de Conakry », a indiqué ANDREW GILMOUR, Sous-Secrétaire général de l’ONU aux droits de l'Homme lors de la 34ème Session du conseil des droits de l'homme à Genève.

Les victimes et les témoins craignent pour leur sécurité, a ajouté M. Gilmour soulignant qu’il est de l'obligation du Gouvernement de garantir leur protection ainsi que celle du personnel judiciaire.

Des dignitaires du conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) dirigé par Dadis Camara inculpés dans les crimes du 28 septembre 2009 sont toujours aux affaires. C'est le cas de l'actuel gouverneur de la ville de Conakry, Mathurin Bangoura, du secrétaire à la Présidence en charge de la lutte contre le trafic de drogue et des crimes organisés, le Colonel Moussa Thiegboro Camara, et du Ministre en charge de la sécurité présidentielle, le Colonel Claude Pivi "Coplan".

Face à ces « inquiétudes », le ministre guinéen de la justice Cheik Sako assure que "les personnes en fonction seront mises en congé à la veille du procès ".

Dossier à suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Mercredi 05 avril 2017 à 13:45

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS