Damaro prévient : « les accords ne nous obligent pas à… »

Facebook icon Twitter icon
Politique
Amadou Damaro Camara, chef de la majorité présidentielle au Parlement
Amadou Damaro Camara, chef de la majorité présidentielle au Parlement

CONAKRY-Alors que l’opposition soupçonne la majorité présidentielle de vouloir empêcher l’adoption du code électoral censé ouvrir la voie à l’organisation des élections locales, maintes fois reportées, la majorité présidentielle vient de répondre.

Par la voix de son chef de file l’honorable Amadou Damaro Camara, la majorité présidentielle « réfute » les accusations d’Ousmane Gaoual Diallo, mais précise cependant qu’aucun accord ne peut obliger les députés à voter un texte.

« Si on le voulait, on n’aurait pas eu besoin de stratagèmes, on aurait simplement dit qu’on ne vote pas. Parce que les accords ne nous obligent pas à voter. Aucun accord ne nous oblige, aucune autre institution, aucun forum, aucune concertation ne peut enlever au député son droit de dire oui ou non à un texte qui lui est proposé. Je le dis pleinement. Donc, je n’ai pas besoin de stratagème. Si je ne veux pas donner de consigne, je dirai ne votons pas. Et ça ne serait pas une violation des accords si l’assemblée ne vote pas. Mais il y a quelque chose de plus intéressant que ces sorties de vacarme », réplique l’honorable Amadou Damaro Camara, dans un entretien accordé à notre rédaction ce mardi 14 février 2017.

Le député de l’opposition Ousmane Gaoual Diallo accuse la majorité présidentielle d’user de stratagème pour bloquer l’adoption du nouveau code électoral amandé. Il reproche également au président du groupe parlementaire du RPG arc en ciel d’influencer le Président de l’Assemblée Nationale, Claude Kory Kondiano pour orienter le Parlement.

« Ce que Gaoual oublie ou ce qu’il feigne d’oublier, c’est ce que je suis le Président de la majorité. Pour n’importe quelle loi si la majorité ne vote pas, il n’y a pas de loi. Il doit souffrir de me voir à ce poste. Je n’ai pas été désigné, je n’ai pas été nommé. C’est après les élections que le peuple de Guinée nous a donné plus de 50 députés et à eux moins de 40 députés. En attendant les élections prochaines, ils doivent souffrir de cet état de fait, c’est aussi ça la démocratie. Mais j’avoue que les sortie de Gaoual ne me laisse ni chaud ni froid. Ça m’amuse d’ailleurs parce que tout le monde s’en est habitué », répond l’honorable  Damaro.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

 

Créé le Mardi 14 Février 2017 à 18:16

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS