Guinée : Bilan élogieux pour Lucien Guilao à la tête de l’ONFPP…

Interview
Lucien Guilao
Lucien Guilao

CONAKRY- C’est un bilan plutôt élogieux que le Directeur Général de l’Office National de Formation et de Perfectionnement Professionnel a défendu. Lucien Guilao qui s’est confié cette semaine à notre rédaction, estime tout de même que ces résultats ne sont point une fin en soi. Il dévoile ici ses ambitions pour l’année 2017.

 

AFRICAGUINEE.COM : Monsieur Lucien Guilao bonjour ! Que pourrait-on retenir des activités de l’ONFPP durant l’année 2016 ?

LUCIEN GUILAO : Bonjour Monsieur Souaré. L’année 2016 aura été pour l’ONFPP une année d’intenses activités qui ont contribué à l’amélioration de ses performances dans le cadre de sa mission relative à la qualification des ressources humaines des secteurs formel et informel.

 En dépit de quelques difficultés de mobilisation des ressources, les principales activités de l’Office se sont poursuivies normalement. Sans baigner dans une sorte d’autosatisfaction je dirai que l’essentiel des résolutions adoptées au cours de la dernière session du Conseil d’Administration a été exécuté.

Nous avons essayé avec plus ou moins de réussite d’atteindre toutes nos cibles.

Concrètement, quels sont les résultats obtenus en 2016?

Ce qu’il faut savoir c’est que l’ONFPP, gère de façon équitable les fonds perçus dans la satisfaction des besoins de formation, d’apprentissage et de perfectionnement de son public cible des secteurs formel et informel.

Au niveau du secteur formel, nous avons atteint des résultats insoupçonnables jusque là

Les sessions de formation/perfectionnement ont touché 1 241 travailleurs des entreprises ou sociétés affiliées à l’ONFPP et à jour de leur contribution.

Ø  68 actions de formations ont été dispensées en direction de 33 entreprises.

Ø  Ainsi, 147 entreprises recensées, immatriculées et à jour de leur contribution ont été visitées, soit un taux de couverture des entreprises par les conseillers de 100%.

Ø  Sur ces 147 entreprises visitées, 42 d’entre elles ont effectivement déposé leur plan annuel de formation portant sur 178 thèmes. 33 plans de formation sur 42 ont été abordés soit un taux de satisfaction des entreprises de 78%.

Nous avons eu à recourir aux cabinets étrangers pour répondre à des besoins spécifiques de formations pour lesquelles l’ONFPP n’a pas trouvé de cabinets compétents en Guinée. Ce fut entre autre le cas de l’« écriture journalistique » pour la presse guinéenne, « la Gestion et la prévention de l’incivilité au vol à main armée » pour les sociétés de surveillance, « la soudure à l’arc » pour les unités de transformation comme la BONAGUI et la  SOBRAGUI.

L’ONFPP en partenariat avec le BIT (Bureau International du Travail, Ndlr) a introduit l’outil GERME dans l’accompagnement de son public cible. Dans ce cadre, 18 formateurs et 77 jeunes entrepreneurs ont été formés à ce produit.

Au niveau du secteur Informel 4 585 Femmes ont été formées, équipées et accompagnées à travers le Programme d’Appui à l’Autonomisation des Femmes par la Formation et l’Apprentissage (PAF-AP).

Ø   Soit 26 groupements productifs répartis dans une vingtaine de localités à travers le pays. Ces formations concernent les couches féminines et ont essentiellement porté sur les activités génératrices de revenus (teinture, saponification, maraichage, transformation des produits agricoles périssables, etc.). D’autres activités comme la couture et l’alphabétisation fonctionnelle ont également été dispensées.

Les impacts de ces actions de formation qui visent l’autonomisation et la promotion des femmes se traduisent déjà par la génération de revenus, l’amélioration des conditions des femmes et le renforcement de leurs capacités entrepreneuriales et managériales.

Le coût total des équipements mis à la disposition des 26 groupements productifs s’élève à 676.000.000 GNF

A ces chiffres s’ajoute la formation de 80 Femmes entrepreneurs en « GERME » à Conakry, Fria et Kindia.

Sur le plan des ressources humaines interne à l’ONFPP, est ce que vos employés ont bénéficié tant soit peu des retombées de vos actions ?

Bien évidemment. Nous avons pour ambition d’être à l’horizon 2020 une institution forte au service de son public cible. Nous sommes conscients que cela passe par des ressources humaines en quantité et qualité suffisantes.

Sur le plan Interne les efforts de la Direction Générale ont porté sur l’amélioration des conditions de vie et de travail des employés, le recrutement d’un personnel en quantité et qualité suffisante, le rajeunissement progressif de l’effectif. Ces efforts se sont traduits par :

-       L’augmentation des salaires de 23% en moyenne

-       La prise en charge à 50% des frais médicaux (clinique et pharmacie) pour les employés et leur conjoint et enfant

-       L’abonnement à une clinique pour les soins et à 2 pharmacies pour les médicaments

-       Rehaussement des primes de fête

-       La mise en place d’un plan de formation interne qui nous a permis de former l’ensemble des employés

-       70% des employés ont moins de 40 ans

-       Moyenne d’âge est de 36 ans (hors chauffeurs)

-       Le plus jeune a 23 ans et le doyen a 55 ans (au 1er janvier 2017)

Nous n’avons pas été en reste sur la question du genre, les femmes constituent 52% de notre personnel.

Pour obtenir des résultats il faut nécessairement des ressources. Quelle est votre stratégie ?

Il est vrai que pour une raison ou une autre certaines entreprises ne contribuaient plus au financement de la formation professionnelle, bien que la loi soit claire sur ce sujet. Nous avons dans un premier temps renoué le contact et le dialogue avec les entreprises qui ne croyaient plus en l’ONFPP, et ensuite avec beaucoup de pédagogie et d’actions concrètes sur le terrain, nous avons pu petit à petit rétablir la confiance et ramener beaucoup d’entreprises à la raison. Ce qui fait qu’entre Février 2015 et Décembre 2016, nous enregistrons une hausse de 50% d’entreprises affiliées nouvellement et/ou de retour après avoir fait des années sans contribuer. La seconde chose que nous fait c’est veiller à l’application des textes de lois en terme de financement de la formation professionnelle.  La troisième chose que nous avons fait, c’est d’exploiter toutes les pistes de financement que nous autorise nos statuts. Ces différentes actions nous ont permis de rehausser les niveaux des recettes de 35% par rapport à l’année dernière. En terme de résultats c’est par exemple :

Ø  La Hausse de 15% des entreprises cotisantes

Ø  Rétrocession de la contribution collectée à tort par la direction nationale des impôts

Ø  Instauration d’une habilitation payante pour les cabinets de formation  

Au cours de l’année 2016, l’ONFPP a activement contribué aux activités du Réseau Africain des Institutions et Fonds de Formation Professionnelle – RAFPRO à travers l’organisation de sa neuvième Assemblée Générale en terre africaine de Guinée.

Quelles sont vos perspectives pour 2017 ?

Nous continuons sur notre lancée, nous nous sommes fixés un cap que nous devons tenir pour que nous soyons à l’horizon 2020 une institution forte au service de son public cible. En 2017 il s’agira de franchir un cap, de continuer à se perfectionner, d’être à l’écoute de nos clients, dans le respect. Il s’agira aussi de conduire nos actions avec plus d’audace, d’équité et de solidarité. Nous essaierons de toucher la cible jeune avec beaucoup plus de pertinence que nous l’avons fait en 2016 par ce que le développement est une affaire de compétences.

 

Interview réalisée par SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 11

 

 

 

 

 

Créé le Samedi 14 janvier 2017 à 18:43