.

Guinée : les Ministres Maladho et Lamine Doumbouya convoqués à l’Assemblée Nationale...

Facebook icon Twitter icon
Economie
Les Ministres Maladho Kaba et Mohamed Lamine Doumbouya
Les Ministres Maladho Kaba et Mohamed Lamine Doumbouya

CONAKRY- Deux Ministres du Gouvernement de Mamady Youla ont été convoqués ce Vendredi 18 novembre 2016 à l’Assemblée Nationale. Les ministres Maladho Kaba et Mohamed Lamine Doumbouya qui dirigent respectivement les départements de l’Economie et des Finances et du Budget sont convoqués par les députés pour avoir plus de précisions sur le volet recettes de la Loi des Finances 2017.

« Nous avons convoqué les départements pour discuter du volet recettes de la Loi des Finances 2017. Nous avons constaté que les EPIC (établissements publics à caractère industriel et commercial) et les établissements publics à caractère administratif ne répondaient aux invitations que nous faisions pour discuter du volet recettes alors que ce sont des secteurs qui génèrent des recettes pour ces départements. Ces établissements perçoivent les recettes et les utilisent pour leur fonctionnement et leurs investissements. En réalité, on n’a pas une lisibilité sur l’intervention des EPIC dans la gestion du trésor public. C’est un problème », a confié l’honorable Saikou Yaya Barry interrogé par Africaguinee.com.  

Le député dénonce aussi l’absence de certains chefs de département à l’hémicycle pour défendre leur budget. « On a l’impression que le Gouvernement n’accorde pas trop d’importance à cette session budgétaire. Nous constatons la rareté de la présence des chefs de départements quand il s’agit de venir défendre le budget dans le volet recettes et son volet dépenses. C’est une légèreté que nous avons remarqué. Cela nous a posé un problème. C’est ainsi que les commissions se sont retrouvées pour dire qu’il faut que le Premier Ministre soit alerté pour que les ministres pourvoyeurs de recettes viennent nous rencontrer pour déterminer de quelle manière nous pouvons améliorer les recettes de l’Etat. C’est vrai qu’on dit que le pays est pauvre, mais il y a des moyens d’amélioration », laisse entendre le député de l’Union des Forces Républicaines, donnant des détails plutôtcroustillantes sur le budget qui a été présenté par le Gouvernement. 

« Le budget que nous avons reçu cette année est très faible. Si vous regardez le budget qui se chiffre à peu près à hauteur de quinze mille milliards, quand on le partage par le nombre d’habitants, et qu’on fasse le ratio sur la base de 12 millions d’habitants, on se rendra compte que chaque habitant ne gagne que 500 dollars par an. Et ça veut dire qu’un guinéen ne gagne qu’un dollars six cents par jour. Cela signifie que nous n’atteignons même pas le seuil de la pauvreté qui est fixé à deux dollars par jour. C’est pourquoi, il est question de revoir la manière dont l’exécutif est en train de mobiliser les recettes servant à l’Etat de fonctionner. Parce que nous pensons qu’il y a des possibilités d’améliorer cela à l’interne avant de penser à l’externe. C’est pourquoi on a décidé de convoquer le ministre des finances et celui du budget et les cadres relevant de leur département pour avoir des explications avant de voter le volet recettes de la loi des finances », explique le secrétaire national de la jeunesse de l’UFR.  

Selon la loi actuelle sur la gouvernance économique, tout ce que le Port autonome génère comme recettes, il l’utilise pour son fonctionnement et pour son investissement. Il y va de même avec l’office guinéen de publicité ainsi que plusieurs autres services qui récoltent assez d’argent. « Ce sont des problèmes, la loi doit être modifiée. Mais avant de modifier cette loi, il est important qu’ils viennent justifier la façon dont ils utilisent les fonds qu’ils reçoivent. Mais ils refusent de venir à l’Assemblée. Paul Moussa Diawara nous a par exemple adressé un courrier pour nous dire qu’il n’a rien à voir avec l’Assemblée, sous prétexte qu’ils ont un conseil d’administration. Alors que c’est un établissement public.  On a un sérieux problème qu’il faut régler », révèle le parlementaire.

A noter que les ministres Maladho Kaba et Lamine Doumbouya n’ont pas voulu communiquer sur cette rencontre qualifiée d’informelle par le député Amadou Damaro Camara.

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel. : (00224) 655 311 112

Créé le Vendredi 18 novembre 2016 à 13:45