Dialogue politique en Guinée : Qu’en pense Cellou Dalein Diallo ?

Politique guinéenne
Cellou Dalein Diallo, leader de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée
Cellou Dalein Diallo, leader de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée

CONAKRY-Le Chef de l’Opposition guinéenne s’est exprimé sur le dialogue politique inter-guinéens qui se déroule au Palais du peuple de Conakry depuis une semaine. Alors qu’un accord a été obtenu entre les différents protagonistes sur certains points inscrits à l’ordre du jour, Cellou Dalein Diallo estime qu’il y a des réticences du côté du camp présidentiel, sur la nécessité d’avoir un nouveau fichier électoral.

« Jusqu’hier (mardi 27 septembre, ndlr), je crois que tout se passait relativement bien. Nous avions, les uns et les autres, fait preuve de responsabilité et de souplesse pour que le dialogue avance. Mais lorsqu’on a commencé à aborder la question du fichier, nous avons senti des réticences par rapport à la nécessité d’assainir le fichier pour que celui-ci reflète fidèlement le corps électoral guinéen », a déclaré le président de l’UFDG qui s’est confié à un journaliste de notre rédaction.

Le fichier actuel comporte beaucoup d’anomalies, relève l’ancien Premier ministre, aujourd’hui principal opposant d’Alpha Condé. Dans certaines circonscriptions, explique Cellou Dalein Diallo, le nombre d’électeurs est égal à la population totale. Or, dans la sous-région, observe-t-il, la moyenne de la population électorale par rapport à la population totale est de 37%.

« En Côte d’Ivoire, c’est moins de 30%, au Sénégal, c’est moins de 40%. En 2010, nous étions aux environs de 40%, mais après la révision de 2015, nous avons vu le corps électoral exploser en Guinée pour atteindre 55%. Aucun pays de la sous-région n’a cette proportion. Il y a eu un enrôlement massif de jeunes mineurs dans certaines circonscriptions et une sous-évaluation des électeurs dans d’autres. Plus 600.000 nouveaux inscrits de 2015 sont nés le 1er janvier 1997. Donc ce fichier comporte beaucoup d’anomalies », a détaillé le président de l’UFDG, expliquant que c’est pour cette raison que l’Opposition avait estimé qu’il faut qu’on ait un autre fichier.

« Nous avions voulu qu'on ait un nouveau fichier répondant à toutes les caractéristiques d'un fichier biométrique. Ce qui n'est pas le cas actuellement. Malheureusement certains responsables de la mouvance s'opposent en disant qu'on ne peut pas donner des données personnelles à un cabinet international, sinon ça serait enfreindre à la loi sur la cybercriminalité. Mais le fichier électoral, c'est toujours un cabinet qui nous a aidé (...), de l'autre côté le ministre de la Justice dit qu'il ne sera pas concerné par les conclusions du dialogue. Que la justice fera son travail indépendamment de ce que le dialogue décidera. Alors, avec tout cela, les gens s'interrogent. Est-ce qu'ils prennent les décisions de leur propre initiative ou bien c'est en concertation avec le RPG ? », s’interroge Cellou Dalein Diallo, précisant que pour éviter le statuquo et conformément, aux engagements du Président de la République, il faudrait respecter les conclusions du dialogue.

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel. : 00224 655 31 11 12

 

Créé le Jeudi 29 septembre 2016 à 15:53