Accusé d’être porteur d’arme, Bah Oury raconte tout… (Interview)

Interview

CONAKRY- Que s’est-il passé ce Mardi 26 juillet 2016 au Tribunal de première instance de Dixinn ? Bah Oury était-il porteur d’une arme comme le craignait Maître Alseny Aissata Diallo, un avocat proche de Cellou Dalein Diallo ? Accusé d’être porteur d’arme, Bah Oury raconte… (Exclusif)

 

AFRICAGUINEE.COM : Monsieur Bah Oury bonjour !

BAH OURY : Bonjour Monsieur Diallo !

On vous accuse d’être porteur d’une arme dans une salle d’audience Conakry. Dites-nous ce qui s’est passé ce Mardi 26 juillet 2016 au Tribunal de Dixinn ?  

Il faut dire que Maitre Alsény Aissata Diallo, avocat de Cellou Dalein, dans le cadre des questions au témoin, a proféré des injures, comme quoi, je serais un receleur et que je suis même porteur d’une arme dans une salle d’un tribunal. Tout cela relève d’une machination pour tenter de discréditer Bah Oury et de me présenter comme un vulgaire délinquant qui garde des objets volés.

Mais le fond de l’affaire est ailleurs. Maître Alsény Aissata, le 19 avril a organisé une machination pour faire arrêter Ibrahima Djoundjou Diallo sous prétexte qu’Ibrahima Djoundjou Diallo aurait volé en braquant un certain Mamadou Bhoye Diallo. Il s’avère que Mamadou Bhoye Diallo est un employé de Cellou. Ce Mamadou Bhoye Diallo a été pris en train de nous espionner lorsque nous organisions notre rencontre le 19 avril dernier. Notre dispositif de sécurité l’ayant reconnu, il a tenté de fuir, ses téléphones sont tombés. L’un des téléphones lui a été restitué et le second a été conservé pour l’identifier et pour avoir une confirmation de sa présence sur les lieux à ce moment-là.

Le lendemain, ce téléphone m’a été remis par notre dispositif de sécurité. Dans la journée du dimanche 20 avril, Mamadou Bhoye Diallo, accompagné de Alsény Aissata a intercepté Ibrahima Djoundjou dans le marché de Madina, en le présentant comme un voleur qui a braqué avec une arme Mamadou Bhye Diallo, le samedi 19 Avril à Bambéto. Séance tenante Alsény Aissata a fait convoyer Ibrahima DJoundjou devant la Gendarmerie de Pharma-Guinée. De là, il s’est retrouvé au tribunal de Dixinn, pour se retrouver comme une lettre à la poste à la maison centrale, depuis le 20 avril 2016.

C’est cette affaire qui était en jugement. Il s’avère que, d’après les explications, Ibrahima Djoundjou a été emprisonné à tort par un plaignant de mauvaise foi. Maitre Alsény Aissata qui est passé maître dans l’art de créer des complots, a tenu des propos à mon encontre au cours de mon interrogation, comme quoi je serai receleur, et porteur d’une arme. Lorsqu’il a fait cette déclaration, la salle s’est mise à rire. Mais le ridicule ne tue pas, à la sortie de la séance, il s’est mis à donner des interviews, pour enfler ces rumeurs qui ne sont pas fondées. Comme quoi Bah Oury est détenteur d’une arme. Ce qui est absolument faux, je ne porte pas d’armes et je ne suis pas du genre à me promener avec une arme.

Mais comme ils veulent détourner l’attention de l’opinion et en même temps porter atteinte à l’image de Bah Oury, ils ne reculent devant rien et usent de tous les gros mensonges pour se faire entendre. Mais ce que je dois vous dire, il y avait déjà une plainte contre Alseny Aissata au niveau de l’ordre des avocats. Dans les prochains jours nous allons accélérer la procédure  parce qu’on estime que ce monsieur n’est pas digne de porter la robe. Nous verrons après la suite, bien qu’en Guinée, le plus souvent  il suffit d’avoir  de l’argent pour faire n’importe quoi. Cette fois ci on verra  jusqu’où l’affaire ira.

Cette plainte dont vous faites cas est-elle consécutive aux récentes déclarations de maître Alsény à votre encontre ?

C’est toujours dans le cas de la même affaire. Pour que les gens comprennent, depuis l’assassinat de Mohamed Koula Diallo, une réelle tentative d’assassinat sur Bah Oury  et l’arrestation d’un certain nombres de personnes proches de Cellou Dalein Diallo, ils essayent par tous les moyens  de faire incarcérer des proches de Bah Oury. Comme quoi ceux-ci seraient détenteurs d’armes ou qu’ils sont dans des situations délictueuses pour masquer leur forfaiture dans le cadre de l’assassinat de Mohamed Koula. C’est la raison pour laquelle très souvent ils font des déclarations en disant que Baba Alimou était armé (…). C’est toujours la même stratégie qui était en cours pour trouver des moyens pour faire arrêter des gens proches de moi.  Mais heureusement je ne me promène pas avec des gens armés, des ivrognes ou des drogués.

 Il y a un dispositif de sécurité de la police qui a été mis à ma disposition suite à l’agression dont un proche de Cellou Dalein a déclaré publiquement être l’organisateur  en la personne d’Ibrahima Sory Camara, le 29 Avril à Dabondy école. Depuis lors, les autorités policières du pays ont mis à ma disposition une sécurité de la police. Donc je n’ai pas besoin d’avoir d’autres personnes qui ont des armes et ne souhaite en aucune manière avoir des gens non assermentés à disposer d’armes dans mon entourage. Cela y va de ma réputation de ma vision et de ma prudence de ne pas se retrouver  dans des affaires dont je ne pourrais pas justifier le bien fondé.

 

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 31 11 12

Créé le Jeudi 28 juillet 2016 à 12:40