Hôpital Donka de Conakry : Le calvaire des enfants malades et de leurs parents… (Reportage)

Reportage

CONAKRY- Assise auprès de son enfant malade de paludisme, Adama Hawa Diallo, jeune nourrice de son état, se dit très inquiète. Au delà du manque de courant, les malades de l’Institut de Nutrition et de Santé de l’Enfant restent confrontés à d’autres difficultés. L’insalubrité de ce lieu qui reçoit plusieurs dizaines d’enfants malades chaque jour, saute aux yeux de tout visiteur de cet institut qui se trouve dans l’enceinte de l’hôpital Donka de Conakry.

Adama Hawa Diallo, mère d’un bébé de quinze mois, a passée trois semaines à l’hôpital. Mais ses souffrances n’ont pas été atténuées. Sa fille est amaigrie par la maladie. En plus de cette « préoccupation », la nuit, elle ne ferme pas l’œil à cause des moustiques.

 « Ma fille ne fait que perdre du poids. Elle continue de souffrir et ne dort pas la nuit. Je devrais sortir depuis lundi mais mon bébé fait la diarrhée et continue de vomir. Quand tu informes les médecins, ils ne font rien presque », s’exclame la jeune maman qui est à son premier geste.

Cette autre nourrice a son enfant qui souffre du paludisme. Elle dénonce l’omniprésence l’agent causale de cette maladie, dans le centre. Les moustiques et des mouches envahissent l’endroit, sans aucun moyen de les chasser. Selon elle, les ventilateurs ne fonctionnent pas, et les toilettes sont sales.

« Il y a une semaine depuis que mon enfant est hospitalisé pour la transfusion sanguine, mais ils n’ont rien fait. Tout le monde ne fait que pleurer ici. Quand ton enfant souffre la nuit, les médecins de garde te disent d’attendre jusqu’au matin » raconte t-elle.

En plus des frais d’hospitalisation qui s’élèvent à 90.000 GNF, les parents des patients de l’INSE dénoncent la cherté des médicaments que leurs proposent les médecins.

M’mah Hawa qui était à son deuxième jour à l’hôpital, lorsqu’on l’a interrogé, se plaint des difficultés alimentaires pour son enfant. « Mon bébé gagne difficilement à manger. Son corps est chaud, il ne fait que pleurer. On ne me donne pas de médicaments pour calmer cette douleur.  C’est compliqué », sanglote M’mah Hawa.

Face à ces cris de cœurs, une pédiatre du Centre de nutrition a expliqué aux mamans que la maladie dont souffrent leurs enfants est causée par la malnutrition. Selon elle, l’histoire de tous ces enfants est liée à la gestion alimentaire.  Elle se souvient de l’existence du « registre d’histoire » des mères.

En Guinée, on observe une réduction générale de la malnutrition au cours des cinq dernières années, passant de 31% à 26% (concernant environ 500 000 enfants) pour la malnutrition chronique et de 10% à 8% (soit plus de 150 000 enfants) pour la malnutrition aigüe, selon une enquête des autorités sanitaire du pays avec l’appui de l’UNICEF.

 

Un reportage de BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14   

Créé le Lundi 02 mai 2016 à 13:43