Deuxième journée de ville-morte : La surprise de Labé, bastion de l’Opposition…

Ville-morte
Image d'archive
Image d'archive

LABE-L’un des fiefs incontestés de l’opposition  n’a pas presque pas senti l’effet de la deuxième journée  de ville morte appelée par la même opposition. En dehors du grand-marché qui est resté fermé ce jeudi, la circulation était intense avec des embouteillages à certains carrefours stratégiques de la ville, constaté sur place Africaguinée.com

Au grand-marché, des étalagistes ont occupé les artères qui ceinturent le tour du marché pour faire le petit commerce. De loin on apercevait des femmes, des boulangers, des bouchers.

Un citoyen estime que l’espoir de faire changer les choses n’y est pas : «  je souhaite vraiment travailler parce que le combat engagé ne va jamais dénouer la crise. L’exemple,  après la grève syndicale, les prix ont flambé partout, on risque la même chose avec ces villes mortes. Maintenant je ne me fie pas aux déclarations des uns et des autres, on veut travailler parce que le pouvoir ne change pas les choses pour nous »

Une autre femme vendeuse de pagne indigo  renchérit : «  maintenant on ne va pas plus écouter quelqu’un pour cesser nos activités, si on veut nous aider, qu’on le fasse sans nous empêcher de travailler, notre quotidien c’est nous seuls qui le gérons. Syndicat, opposition et pouvoir sont tous les mêmes, finalement c’est nous qui souffrons à leur places. En ce qui me concerne aux élections je voterai pour mon candidat, mais jamais je ne suivrais quelqu’un dans la rue ou fermer ma place. Aujourd’hui ceux du pouvoir pleure comme ceux de l’opposition », lance Nene Maimouna Barry.

Saisi sur le fermeture du marché l’administrateur Tely Bah explique que tout dépend des commerçants qui ont les clés de leurs places respectives. Selon lui ; c’est l’alentour du marché qu’il gère, si la situation n’est pas claire il ne prendra aucun risque de peur que des bandits s’y infiltrent

Dans la circulation, le centre urbain n’a pas présenté un caractère de ville-morte. L’administration quant à elle, n’a connu aucun effet de cette ville morte que ça soit pour la première journée ou ce jeudi.

Alpha Ousmane Bah

(224) 657 41 09 69

Créé le Jeudi 31 mars 2016 à 22:47