Dernière minute : la ville de Nzérékoré en ébullition…

Société

NZEREKORE- L’ambiance est très tendue ce matin à Nzérékoré ! Les citoyens  de cette grande agglomération située dans le sud du pays, à près de 1000 kilomètres  de la capitale Conakry, manifestent contre la désinfection du marché central, pour éviter la propagation du virus Ebola, a appris Africaguineee.com.

‘’C’est très  sérieux ce qui se passe ici. Je suis sur le haut d’un immeuble, je vois tout ce qui se passe. Les jeunes sont en train de casser les tables qui se trouvent aux abords de la route’’, nous a confié un citoyen joint au téléphone par notre rédaction.

‘’Les agents de santé sont venus la nuit sans alerter les gens  pour désinfecter le grand marché de la ville de Nzérékoré, pour lutter contre la maladie Ebola. Le matin quand les gens sont venus ouvrir leur place, le gaz se dégageait un peu partout et personne ne pouvait respirer. Tous les produits y compris ceux destinés à l’alimentation sont touchés. C’est ce qui a suscité la colère des citoyens’’, renchéri un autre.

‘’Les forces de l’ordre sont en train de jeter des gaz lacrymogène sur les manifestants. Le grand marché central est fermé. Toute la ville empeste l’odeur des produits qu’ils ont pompés. Chacun a un mouchoir pour masquer ses narines’’, confie cet autre habitant de la ville que nous avons également joint par téléphone.

‘’Les jeunes en colère  sont partis jeter  des projectiles à l’hôpital dont ils accusent d’avoir orchestré  la désinfection du marché. Les vitres des véhicules garés dans la cour de l’hôpital ont volé à l’éclat ’’, a témoigné ce citoyen.

La Guinée est durement frappée par une épidémie à virus  Ebola qui dure depuis six mois. Cette maladie qui n’a pas de vaccin a tué plus de 400 personnes. Au-delà du manque criard de moyens adéquats pour faire face à la maladie, un autre problème plus préoccupant est en train de surgir. Il s’agit du refus de certaines populations à croire à l’existence de cette maladie. Certaines personnes vont jusqu’à d’ailleurs accuser les agents de santé de faire propager la maladie sur les citoyens. En début de semaine, le préfet de Macenta et un agent de santé ont été pris en otage pendant des heures dans un village. Affaire à suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 31 11 12

Créé le Jeudi 28 août 2014 à 13:52