Ebola en Guinée : Quelles conséquences pour le secteur de l’hôtellerie ? (Reportage)

Economie guinéenne
Grand hôtel de l'indépendance de Conakry
Grand hôtel de l'indépendance de Conakry

CONAKRY- L’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola n’a pas engendré que de pertes en vies humaines. Même si les autorités compétentes n’ont pas eu à donner des chiffres, cette crise a eu un impact considérable sur l’économie guinéenne.

Comme les autres secteurs de l’économie guinéenne, celui de l’hôtellerie a lui aussi impacté.

Au Grand Hôtel de l’indépendance, l’un des plus grands réceptifs hôteliers de la place, la clientèle se fait de plus rare. A l’heure du déjeuner, le restaurant situé en bordure de mer ne refoule pas du monde. Les tables sont pour la plupart vides et les serveuses ne semblent pas affairées comme c’était le cas avant l’épidémie de fièvre Ebola.

« Le pays est moins fréquenté. On le ressent par le taux de fréquentation qui est  très bas.  Aujourd’hui, on est à un taux  qui est à un peu moins de 10%. Avant on faisait le plein. A cette période de l’année on avait une clientèle qui tournait autour de 35%. C’est l’épidémie de fièvre Ebola qui explique cette baisse de la clientèle » a expliqué Fanta Senkoun Kaba, directrice des ressources humaines du GHI.

A l’hôtel Millenium Suites situé au quartier Landreyah, le constat est quasiment le même. La fréquentation a fortement baissé. Aux dires de certains travailleurs, plusieurs réservations, soit pour des séjours, soit pour des évènements, ont été annulés.

Selon le chef de la réception, cette situation pourrait s’expliquer par les récentes décisions de certains pays de fermer les frontières ainsi que la suspension de plusieurs vols à destination de Conakry.

«  Il y a une baisse de la clientèle parce que les partenaires qui doivent venir ici sont bloqués, puisque les frontières sont fermés. Cela joue beaucoup sur nous. Avant, cette maladie on pouvait estimer un taux de fréquentation qui oscille entre 70 à 80%. Ce taux a fortement baissé depuis la déclaration de cette épidémie. Actuellement nous sommes entre 15 et 20% » a témoigné Mamadou Saliou Barry.

Par ailleurs, une réceptionniste de l’hôtel Pal Camayenne dit que leur réceptif hôtelier n’est pour l’instant pas confronté à ce problème de baisse de la clientèle. Elle annonce qu’actuellement leurs clients sont composés essentiellement d’agents de l’Organisation Mondiale de la Santé et des autres institutions évoluant sur le terrain dans le cadre de la lutte contre la fièvre hémorragique Ebola.

Pour de nombreux observateurs, si cette situation continuait, de nombreux travailleurs du secteur de l’hôtellerie pourraient perdre leur emploi. Les professionnels du secteur ont d’ailleurs interpellé récemment le gouvernement guinéen à travers un courrier qu’ils ont adressé au premier ministre Mohamed Said Fofana.

 

BAH Aïssatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Mercredi 20 août 2014 à 17:56