Mines de Simandou : Une Ong exprime des inquiétudes !

Mines de Simandou

CONAKRY- depuis la signature du cadre d’investissement dans le projet Simandou entre la Guinée et Simfer, les réactions continuent au niveau de la société civile. L’Association Action Mines Guinée (Amines : Ndlr), exprime une réelle inquiétude en ce qui concerne la mise en œuvre du contenu, de  l'accord sur le Cadre d'investissement du projet Simandou, d'une enveloppe de 20 milliards de dollars américain adopté par l’Assemblée Nationale de Guinée ce mois de juin, a constaté Africaguinee.com.

Cette association qui réunie des hommes de médias privés et publics, par la voix de son président Amadou Bah, a dans une déclaration, lue à la Maison de la Presse estimé ’’ Nous, les membres de l'association Action Mines Guinée (AMINES), en tant que promoteurs  de la transparence et de la bonne gouvernance dans le secteur des industries extractives saisissons cette occasion pour  attirer l'attention des autorités à tous les niveaux sur un certain nombre de mesures à prendre pour permettre à la Guinée et aux Guinéens de profiter pleinement des quelques avantages liés à ce méga projet’’ souhaite-t-il .

Poursuivant son allocution, le président de AMINES est revenu sur la genèse de cette convention de base signée entre les parties en 2002 ‘’Le Gouvernement guinéen après de multiples tractations a signé le 26 mai dernier, l'accord sur le Cadre d'investissement du projet Simandou, blocs 3 et 4 d'une enveloppe de 20 milliards de dollars américain. Accord qui vient renforcer la convention de base signée entre les parties en 2002’’indique le président.

Et de poursuivre ‘’Depuis lors, beaucoup de spécialistes et acteurs impliqués se sont évertués à expliquer les tenants et les aboutissants de ce projet jugé sans précédent en Afrique. Certains observateurs ont émis des réserves, quant au profit que la Guinée et les Guinéens pourraient en tirer au-delà de tout l'enthousiasme qui entoure cette signature dans le pays’’ souligne Amadou Ba     

 Pour parler des contours de ce projet  au profit de l’emploi jeune, cette association déclare ‘’ 45 mille emplois directs et indirects qui seront générés selon les estimations par ce projet. Cependant, dit-elle, il existe une réelle inquiétude en ce qui concerne la mise en œuvre du contenu local gage de l'exécution des travaux dans la quiétude en ce qui concerne l'emploi des jeunes, de la formation de la main d'œuvre  locale, du développement des infrastructures  à la base ; de la promotion des PME et de la sous-traitance nationale. Bref, les obligations sociales, économiques et environnementales de la société envers les communautés riveraines’’.

En conclusion l’ONG Action Mines a fait un plaidoyer dans lequel elle demande au gouvernement et au parlement ‘’ De faire rédiger le plus rapidement possible les textes d'applications du code minier pour rendre opérationnelles ses dispositions, de prendre toutes les dispositions utiles pour la formation de cadres  supérieurs et moyens afin d'occuper les emplois en vue, revoir à la hausse le budget alloué au département de l'enseignement technique dans les prochaines années, et  au parlement de demander des comptes à l'exécutif dans la gestion des ressources générées par l'industrie minière même après la ratification, afin de tenir responsable le gouvernement d'une bonne gouvernance du secteur.

Par ailleurs, elle exhorte  les acteurs de la société civile et les médias à accentuer la surveillance citoyenne afin que les revenus issus des industries extractives puissent profiter à tous les guinéens.

Bah  Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

(+224)  655 31 11 13

 

Créé le Lundi 23 juin 2014 à 15:19