Exclusif : l’émouvant témoignage d’un rapatrié de la Belgique…

Rapatrié

CONAKRY-Débouté de la Belgique, A.D a débarqué ce mercredi dans la capitale guinéenne. Trois policiers Belges l’ont raccompagné de Bruxelles jusqu’à Conakry. Il a été arrêté à son domicile et conduit à un centre de détention fermé. A.D a été expulsé, bredouille, après quatre année passée en Belgique. Africaguinee.com a interrogé ce Monsieur qui a requis l’anonymat.

‘’Quand ils (les agents de la police Belge, NDLR) m’ont attrapé à mon domicile, ils m’ont dit que c’est le Président guinéen (Alpha Condé, NDLR) qui a signé l’accord pour rapatrier les guinéens vivant ici qui n’ont pas de papier’’, a entamé le jeune guinéen.

A.D  raconte que sa procédure de régularisation suivait son cours normal quand il a été arrêté et emmené manu-militari dans un centre fermé. 

‘’J’avais demandé de régulariser ma situation, donc j’attendais cela. Ils ont répondu à ma demande sans que je ne sois au courant, et puis, ils sont venus m’arrêter à la maison en me disant que je n’ai plus le droit de rester là-bas. Ils m’ont amené dans un centre fermé et là ils m’ont demandé si j’avais envi de rentrer j’ai répondu  « non ». Malgré cela ils m’ont  forcé à rentrer, parce selon eux, notre président a signé l’accord et qu’ils ont reçu tous les laissé-passez pour nous rapatrier’’, poursuit M. X qui a ensuite ajouté : ‘’Hier (mercredi, ndlr) quand je suis rentré, j’avais appelé mes amis qui sont là-bas, ils m’ont dit qu’ils ont reçu leurs ticket de voyage, eux aussi ils  devaient être expulsés dans les heures qui allaient suivre’’

Selon lui, le départ collectif devait  avoir lieu depuis lundi passé, mais selon ce qu’on leur a dit, le président Alpha Condé s’était opposé à cette façon. C’est  pourquoi, les autorités belges procèdent maintenant à des rapatriements individuels forcés. 

’Cela fait quatre (4) ans deux mois depuis que j’étais arrivé en Belgique. Je n’ai jamais eu de problème là-bas même la police peut en témoigner. Mais on m’a cueilli comme ça. Sept (7) policiers m’ont pris au centre, il m’on menotté et m’ont conduit jusqu’à l’aéroport. Arrivée, quatre se sont retournés, et trois m’ont accompagné jusqu’ici (Conakry), ils m’ont mis à la disposition de la police guinéenne’’, nous explique-t-il.

’A part mes documents médicaux je n’ai rien pris. J’ai laissé tout ce que j’avais chez moi. Ils ne m’ont pas permis d’aller récupérer. On m’a ramené ici, sans aucune mesure d’accompagnement…’’, se lamente-t-il.  

Marié sans enfants, A.D se demande quoi faire aujourd’hui. Bien qu’il n’a pas reçu d’assistance de la part de l’Etat, mais il garde son optimisme et espère retourner en Belgique si la chance lui souri encore.

 ‘’ Je ne sais pas quoi faire… c’est dur, mais j’espère que ça ira. Je compte retourner quand une chance se présentera…’’, nous a-t-il confié.

Depuis plusieurs jours, la Belgique a entamé une opération de rapatriement de 27 requérants d'asile guinéens déboutés. Initialement prévue le 17 mars dernier, cette opération a été finalement retardée suite au refus des autorités guinéennes de toute expulsion collective de leurs ressortissants.

A suivre...

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 935 132

Créé le Vendredi 21 mars 2014 à 16:28